Comment utiliser le float tube ?

Pour les passionnés de la pêche, le float tube est une chaise flottante qui allie liberté et confort. Il permet de parcourir des zones non accessibles en bateaux et d’accroitre ainsi les chances de faire une bonne prise. Cette embarcation est d’une légèreté qu’elle n’alerte pas vos proies, vous attraperez ainsi beaucoup de poissons. Toutefois avant l’utilisation de tout équipement pour nourrir sa passion, il est nécessaire d’avoir des informations sur comment l’utiliser. Découvrez ici quelques conseils.

Matériel obligatoire sur l’embarcation

Voici quelques matériels indispensables avant d’embarquer.

Lire également : Pourquoi faire un bilan de compétences

Gilet de sauvetage

L’indispensable pour parcourir les eaux est le gilet de sauvetage. Ceci n’est pas qu’une recommandation de sécurité, c’est devenu une obligation partout en France. Toutes personnes qui ne la respecte pas est passible d’une amende. Le float tube étant gonflable, vous serez à l’abris de tout risque de noyade en cas de crevaison ou autre dégât.

Palmes pour float tube

Ensuite, il faut vous munir de palmes pour pêcher. Une paire de palmes float tube vous aide à diriger l’embarcation. C’est l’équivalent du moteur sur un bateau, si votre engin n’en possède pas. Prenez le soin de choisir des palmes longues et grandes pour la navigation sur de longues distances ou par grand vent. Optez pour les petites palmes, pour le maximum de plaisir sur l’eau, car elles sont pratiques et confortables. Elles demandent moins d’effort pour le pêcheur. Attention toutefois aux variations de courant !

A découvrir également : Qui fait partie de la zone A ?

Waders

Pour prendre assez de plaisir à naviguer sur l’eau sans risques de prendre froid ou d’exagérer le bronzage, nous vous recommandons des waders. C’est une tenue semblable à une salopette. Sa matière de fabrication est un matériau étanche comme soit le PVC, ou le néoprène. Des bottes en caoutchouc ou des chaussons en néoprène bordent souvent les parties réservées aux jambes. Choisissez votre waders en fonction de votre morphologie et de votre pointure.

Porte-canne

Installé, il prend moins de places et vous permet d’avoir facilement accès à vos diverses cannes. Vous pouvez également emporter une ancre en cas de danger ou de grosses crampes et d’un kit de crevaison. N’oubliez pas les lunettes de soleil, un chapeau ou encore votre crème solaire.

Gonflage du float tube

Le premier exercice à faire avant toute mise à l’eau est de gonfler votre embarcation pour lui donner un volume capable de vous contenir avec vos matériels. Tous les sièges flottants sont constitués d’une housse qui protège des chambres à air indispensables à la flottaison.

L’assise et le dossier sont aussi constitués de chambres à air ou de mousse auto-portante. Que votre float tube soit muni de chambre à air ou non, l’opération de gonflage est nécessaire. Pour cela, il vous faudra une pompe parmi les différents modèles qui existent. C’est aussi un équipement indispensable à avoir à bord et elle doit être de qualité.

Types de pompes

La pompe à pied est souvent une composante du kit d’achat du float tube. Elle est facile d’utilisation avec les pieds, mais demeure chronophage. Inutile de l’utiliser si vous n’êtes pas patient.

Une autre option est la pompe à main. Elle est plus répandue et son utilisation moins éprouvante. Cette pompe est dotée d’un système de valve double action. La particularité de ce dernier est qu’il permet un gonflage en continu et fait entrer un volume d’air plus grand. De quoi réduire le temps de pompage de 30%.

Enfin la pompe électrique met l’embarcation en état de flotter en un laps de temps. L’inconvénient majeur est que vous serez contraint à gonfler l’ensemble à votre voiture.

Pression de gonflage

La pression du float tube est importante. Un engin trop gonflé augmente les risques de crevaison, les coutures des chambres à air sont fragilisées. Tandis que pas suffisamment gonflé, la stabilité du bateau flottant est compromise.

Mise à l’eau

Evitez cette activité en temps de grands vents. Pour cela, consultez la météo avant la mise à l’eau. Pour vous asseoir dans le float, tenez les sangles de chaque côté et sautez dans le fauteuil. Vous pouvez aussi attendre que le niveau d’eau atteigne vos genoux avant de monter. Après l’installation au poste, il est temps de vous diriger où vous voulez pêcher.

Pour vous déplacer dans l’eau, il est impératif d’alterner entre jambe gauche et droite. En marchant lentement à reculons, les palmes n’opposent plus de résistances au courant s’ils évoluent en sens inverses. Pour changer de trajectoire, il vous suffit de palmer avec votre jambe droite à l’envers pour aller à gauche et vice versa.

Si vous n’êtes pas accompagné, dirigez-vous vers des zones où vous pouvez être aperçu en cas d’urgence quitte à arborer un gilet coloré.

ARTICLES LIÉS