Fin de la cigarette électronique ?

KUALA LUMPUR, 27 février — La Malaysian Thoracic Society a appelé à une interdiction complète des cigarettes électroniques et des produits vapeurs, alors que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a recommandé une réglementation ou une interdiction.

Le Dr Nurhayati Mohd Marzuki, chef du groupe d’intérêt spécial de la société de médecine respiratoire sur le tabac et la santé environnementale, a affirmé que la réglementation des cigarettes électroniques normaliserait le tabagisme.

A lire également : Le langage de cigarette E qui piqûre ?

Elle a dit que ce déménagement exposerait également les Malaisiens, en particulier les jeunes, à la dépendance à la nicotine — un composant hautement addictif qui est inhalé par un aérosol infusé dans les cigarettes électroniques et les produits vapeurs.

« L’appareil pourrait également être utilisé pour la fabrication de drogues illicites, comme cela a été signalé dans certains pays », a déclaré le médecin respiratoire consultant de l’hôpital de Kuala Lumpur.

A découvrir également : Brûleurs de graisse : efficaces ou pas ?

Une épidémie de maladie pulmonaire aux États-Unis l’an dernier a été liée à l’utilisation de cigarettes électroniques et de produits de vaporisation contenant du THC, l’ingrédient psychoactif dans la marijuana.

Bien que certains milieux estiment qu’une interdiction des cigarettes électroniques conduira à des ventes illicites, le Dr Nurhayati a déclaré que cela pourrait être évité grâce à une bonne politique en place et à une bonne application sur le terrain.

Plus de 30 pays dans le monde ont interdit la cigarette électronique, a déclaré le Dr Nurhayati, également directeur de l’Institut de médecine respiratoire, CodeBlue.

« En interdisant les cigarettes électroniques, nous protégerons notre population, en particulier nos jeunes, de la dépendance à la nicotine et des dommages à la santé », a-t-elle déclaré. « Il protégera également les non-utilisateurs des aérosols secondaires. »

Elle a évoqué l’étude nationale de 2016 sur la cigarette électronique qui a montré que 600 000 Malaisiens utilisaient des cigarettes électroniques et que 3,6 millions de personnes dans le pays étaient exposées à la vapeur d’e-cigarette.

Elle a également cité les résultats de l’enquête sur le tabac et la cigarette électronique chez les adolescents malaisiens, également publiée en 2016, qui a révélé que 300 000 jeunes Malaisiens utilisaient e-cigarettes.

À l’ heure actuelle, il n’existe aucune preuve que la consommation de cigarettes électroniques est supérieure aux thérapies conventionnelles de renoncement au tabagisme, comme les thérapies de remplacement de la nicotine, pour les consommateurs de tabac qui cherchent à cesser de fumer, a-t-elle ajouté.

Non seulement cela, mais d’autres données sont disponibles concernant les conséquences sanitaires de l’utilisation de la cigarette électronique non seulement sur les utilisateurs mais aussi sur ceux qui sont exposés à des aérosols d’occasion, a-t-elle déclaré, faisant écho à l’OMS.

L’ agence de santé publique des Nations Unies a déclaré le mois dernier que les cigarettes électroniques sont dangereuses pour les utilisateurs et sont tout aussi nocives pour ceux qui sont exposés aux émissions de vapeur d’occasion.

L’ OMS a toutefois noté qu’il est trop tôt pour dire avec certitude les effets à long terme de l’utilisation ou de l’exposition à des cigarettes électroniques, bien que ces produits « présentent des risques évidents pour la santé et ne sont nullement sûrs ».

Mais l’OMS a reconnu que les jeunes qui utilisent des cigarettes électroniques sont plus susceptibles d’utiliser des cigarettes conventionnelles, des cigares ou des narguilés, et a noté que les pays peuvent choisir d’interdire les cigarettes électroniques ou de les réglementer là où elles ne sont pas interdites.

Il a indiqué que la réglementation devrait, idéalement, perturber la promotion et l’utilisation des cigarettes électroniques et des produits vapeurs, réduire les risques potentiels pour la santé des utilisateurs et des non-utilisateurs, interdire de faire des allégations fausses ou non prouvées au sujet des produits et protéger les efforts actuels de lutte contre le tabagisme.

La Malaisie n’a pas encore fait l’une ou l’autre et il n’existe pas de réglementation spécifique régissant la vente et l’utilisation des vaporisateurs et des cigarettes électroniques. Toutefois, une interdiction des liquides vaporisateurs contenant de la nicotine est en vigueur dans le pays depuis novembre 2015.

Le Conseil malaisien pour la lutte contre le tabagisme (MCTC), groupe de plus de 40 organisations non gouvernementales contre le tabagisme, a également exhorté le gouvernement à interdire les cigarettes électroniques et les produits vapeurs, affirmant qu’il n’existe aucune preuve scientifique qui contredit les recommandations de l’OMS à ce sujet.

L’ administration précédente de Pakatan Harapan (PH) avait prévoyait de présenter une loi cette année pour réglementer les produits de vapotage et les cigarettes électroniques, mais le gouvernement s’est effondré cette semaine après que le Parti Pribumi Bersatu Malaysia et un groupe de députés du PKR se sont retirés du PH. On ne sait pas si le Parlement continuera de se réunir le mois prochain ou si des élections anticipées auront lieu.

ARTICLES LIÉS