Comment dessiner un narval ?

Par Mathieu Marzelière et Albert Michaud

C’est une nouvelle saison qui commence à bord du BPJam, le zodiaque GREMM. Nouvelle saison, nouvelle équipe ! Cette année, elle est composée de deux adjoints de recherche de retour pour leur deuxième saison consécutive. Après avoir terminé une technique en milieu naturel, Mathieu s’est joint au GREMM en 2017 pour participer au suivi des grosses baleines avant de s’enchaîner dans plusieurs missions d’observation de mammifères marins. Albert vient de terminer un baccalauréat en biologie à l’Université Laval et a passé sa dernière année en échange universitaire dans l’Extrême-Arctique norvégien à Svalbard.

A lire également : Trouver l’âme sœur avec des sites de rencontre sérieux

Notre mission principale pour cette année est la photo-identification des bélugas. Nous assurons la poursuite du recensement annuel des bélugas du Saint-Laurent, qui a débuté il y a plus de 30 ans ! Les objectifs de ce projet sont multiples, mais il permet, entre autres, de dresser un tableau des relations sociales complexes des bélugas du Saint-Laurent. C’est un peu comme un béluga. Facebook.

En plus de la poursuite du programme d’identification photographique, nous avons un nouveau projet : la récolte de vidéos par l’air. À l’aide d’un drone, l’équipe BPJam cherche à documenter une nouvelle facette de la vie béluga : leurs interactions sociales. Ces vidéos prises systématiquement permettent une nouvelle vue d’ensemble de la vie quotidienne des bélugas sous la surface, ce qui était presque impossible depuis le bateau. En particulier, nous cherchons à mieux comprendre comment et pourquoi les bélugas utilisent un autre habitat.

A découvrir également : Où faire du bateau en Île-de-france ?

C’est grâce à ce nouvel outil que nous avons pu faire une heureuse découverte vendredi dernier. Après avoir terminé le suivi photo-identification classique d’un groupe d’environ 50 à 60 bélugas, nous lançons le drone. Après quelques minutes de vol, un groupe de bélugas resurfaçage. Et à notre grande surprise, un narval en fait partie ! Après l’excitation de cette découverte, notre première question était : est-ce la même chose que celle observée en 2016 et 2017 ? Nous avons donc atterri le drone et sorti la caméra pour le tirer. Après avoir pris ses deux côtés en photo ainsi que ceux de ses compagnons, nous avons pu confirmer que c’était le même narval !

Les séquences de drones que nous avons recueillies montrent un narval qui semble être à la maison chez les bélugas du Saint-Laurent. Nous le voyons dans un groupe d’une dizaine de jeunes hommes au milieu de la socialisation. En raison des changements climatiques dans l’Arctique, ces deux espèces de cousin (le béluga et le béluga du narval appartiennent à la même famille des monodontidés) pourraient être de plus en plus impliquées dans les décennies à venir. Ce phénomène est déjà observé chez d’autres espèces comme l’ours polaire et le grizzli, où des hybrides commencent même à être observés. Quand un hybride narval-béluga est-il dans le Saint-Laurent ?

L’histoire du narval dans les médias (une petite sélection)

Les bélugas adoptent le narval perdu dans le fleuve Saint-Laurent (CBC, 13/09/2018)

Les bélugas adoptent un narval errant (AJ , 15/09/2018)

Au Canada, un narval solitaire a été adopté par un groupe de bélugas (Maxisciences,13/09/2018)

ARTICLES LIÉS